En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies
pour vous proposer des contenus et services adaptés.
 

La LDH

don_ldh.png

 

 245067 visiteurs

 3 visiteurs en ligne

 ↑  

 

Se reconnecter :
Votre nom (ou pseudo) :
Votre mot de passe
<O>


  245067 visiteurs
  3 visiteurs en ligne

  Nombre de membres 6 membres
Connectés :
( personne )
Snif !!!
 ↑  

La Ligue des Droits de l'Homme dans l'Indre

Une permanence de la LDH36
est assurée
le lundi après-midi
tous les quinze jours

à la Maison des Associations
1er étage  Bureau 110

34 Espace Mendès-France
Châteauroux

contact_ldh_36_anime.gif

adhesion_ldh.jpg

depeches_ldh.gif

MANIFESTE POUR LA SUPPRESSION DE LA LOI
CONTRE LA LIBERTE DE MANIFESTER

Châteauroux le 13 avril 2019
La loi anticasseurs de Macron, de Castaner, de Retailleau et de Wauquiez a certes été partiellement retoquée par le Conseil Constitutionnel dans ce qu’elle avait de plus grave : l’interdiction administrative et arbitraire de manifester, mais elle reste pour autant une loi inique et liberticide.
Les violences contre les personnes, les biens ou les institutions qui ont eu lieu ne peuvent justifier qu’un exécutif s’arroge des pouvoirs exorbitants et décrète qui peut ou ne peut pas manifester.
Nous ne pouvons accepter que, sous le prétexte d’une éventuelle protection des biens et des personnes, les libertés fondamentales, nos libertés fondamentales soient sacrifiées.
Il est inadmissible, dans un état démocratique, que participer à une manifestation signifie le risque, pour tout individu, d’être poursuivi, d’être fiché et d’être condamné pénalement comme financièrement.
Il est inadmissible de soumettre les participantes et les participants d’une manifestation à une inspection visuelle, à une fouille systématique des bagages et des véhicules aux abords du rassemblement, avec le simple accord d’un Procureur, magistrat qui n’est nullement indépendant mais bien sous les ordres du pouvoir exécutif.
Cette loi de circonstance porte en son sein un lourd risque d’arbitraire des gouvernements d’aujourd’hui et de demain, nous ne pouvons ni ne voulons l’admettre !
C’est pourquoi nous refusons ce texte !
C’est pourquoi nous demandons son retrait immédiat !
C’est pourquoi, tous ici présents, nous exigeons du gouvernement qu’il respecte enfin nos droits fondamentaux de citoyens libres, libres de manifester quand ils le jugent nécessaire pour le bien du Peuple, de l’Etat et de la République !

PHOTOS

 

Dans le cadre de Frontières, l'Atelier Danse ensemble
présentera son travail :

  • vendredi 24 et samedi 25 mai à 20h30 à la MLC
  • samedi 6 juillet au parc Balsan à 19h (Fête des quartiers)

  • dimanche 7 juillet à 18h au 9 cube, rue Ampère - festival La Surchauff

"Ensemble, la rencontre dansée de personnes d'ici et d'ailleurs.Dans ce présent instable, on se glisse dans la peau des uns pour faire soi l'incompréhensible, et dans la peau des autres pour avoir le droit d'Etre ici. On essaie de se comprendre, de se dire, de se raconter, et de construire Ensemble ce voyage entre l'Ailleurs et l'Ici." (Louise Cazy, chorégraphe)